Reyl & Cie : une nouvelle approche

Histoire de la banque Reyl

Membre de l'Association Suisse des Banquiers, la banque Reyl possède sa licence bancaire depuis le mois de novembre 2010. Cette licence a été délivrée par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Avant cela, Reyl & Cie bénéficiait d'un statut de négociant en valeurs mobilières.

Cet établissement financier a ouvert ses portes en 1973. Avec plus de quarante ans d'expérience dans le domaine, Reyl & Cie continue de gérer et de faire fructifier les avoirs de leur clientèle de main de maître. Les bonnes performances de la société au fil des années ont fait qu'à la fin de 2013, le Groupe Reyl comptait CHF 9.1 milliards de fonds sous leur gestion.

Reyl & Cie propose à leurs clients une nouvelle approche du métier de banquier à travers les services haut de gamme et personnalisés mis en place mais aussi grâce aux produits proposés à forte valeur ajoutée.  La force de cette entreprise réside notamment sur les valeurs fondamentales sur lesquelles elle se base pour fonctionner au quotidien.

Une éthique irréprochable est nécessaire au sein de l'entreprise, sans cela, le rapport de confiance entre les banquiers de Reyl et les clients ne pourraient pas exister surtout dans le milieu délicat du secteur bancaire et financier. Reyl & Cie responsabilise ses banquiers afin qu'ils puissent travailler en autonomie, qu'ils puissent prendre leurs propres décisions selon les exigences des clients tout en ayant la possibilité de répondre clairement des options retenues pour un client donné.

Une fois qu'une stratégie a été établie pour la gestion de fonds d'un client, les banquiers doivent obligatoirement suivre des règles de conduite afin d'atteindre les buts fixés pour le client. Enfin les collaborateurs sont motivés à donner le meilleur d'eux-même, à se dépasser dans leur travail chez Reyl. Leur engagement quotidien se reflète ainsi dans la qualité des services (gestion de portefeuille, gestion de fonds, conseils aux entreprises, activité de bureau privé) fournit par Reyl & Cie.

Optimiser son patrimoine en recourant au service d'un gestionnaire

Confier la gestion de ses biens entre les mains d’un professionnel en la matière est essentiel afin de les faire évoluer et fructifier. Pour prévenir cependant les aléas de la vie et les éventuels risques liés aux différents placements, il reste prudent de recourir à un gestionnaire de patrimoine compétent, doté de plusieurs expériences dans ce domaine.
 

Gestion patrimoniale personnalisée


L’établissement bancaire, spécialisé dans la gestion de patrimoine, est habilité à conseiller de façon personnalisée sa clientèle dans la constitution et l’optimisation de ses avoirs, mais aussi de ses dettes. Les biens à gérer, en question, peuvent être des patrimoines immobiliers tels que des terrains, des immeubles ou des maisons individuelles ; des patrimoines financiers comme des comptes de dépôt bancaire, ou encore des patrimoines professionnels à l'instar des actions en entreprise. Quel que soit le patrimoine à administrer, cet expert effectue dans un premier temps un état des lieux de la situation familiale et financière de son client, avant de décider avec ce dernier des meilleures stratégies à prendre, pour faire générer ses actifs. Le rôle du gestionnaire de patrimoine peut être décisionnel ou juste consultatif. Dans ce second cas, la capacité de prendre les décisions concernant l’utilisation des biens appartient uniquement au client.
 

Des placements fiables à long terme


Toujours à l’affût de l’évolution des marchés financiers, la banque de gestion de patrimoine connaît parfaitement l’actualité économique et financière, tant au niveau national qu’international, ce qui lui permet d’orienter ses clients vers des placements intéressants et plus judicieux, afin de limiter les risques de perte. En fonction du patrimoine à gérer et des besoins de sa clientèle, le gestionnaire de patrimoine proposera le cadre juridique et fiscal le mieux approprié à l’investissement. Son objectif est de faire profiter à ses clients fortunés d’une certaine réduction fiscale, sans enfreindre, bien évidemment, les lois en vigueur. Nombreux sont les types d’investissements vers lesquels le gestionnaire de patrimoine peut les orienter. Il y a les placements classiques tels que l’investissement en bourse, en épargne ou en capital, la mise en location des biens immobiliers, mais également des placements plus originaux, comme le crédit dans la pierre, l’achat de métaux, de vignobles ou encore d’une forêt.
 

Possibilité de faire un suivi de ses biens


L’avantage de confier son patrimoine financier et/ou immobilier à un professionnel est de pouvoir suivre son état régulièrement. La seule manière pour un particulier de gérer ses biens sans recourir à ce dernier est d’utiliser un logiciel dédié à cet effet. Ce qui n’est pas toujours une mince affaire. La banque de gestion de patrimoine facilite cette importante tâche en administrant en totalité ou en partie l’ensemble des actifs et passifs. Cet établissement financier dresse un bilan patrimonial qui renseigne sur les différents flux d’entrée et de sortie d’argent, les stocks et les capitaux restants dus au cours d’une période donnée, pour un meilleur suivi du patrimoine. Le recours à un gestionnaire de patrimoine permet, par ailleurs, de constater si les objectifs définis ont été atteints ou non. Un tel contrôle est indispensable en cas d’investissements combinés.

Banques d'investissement : ce qu'il faut assimiler

en construction
Est-il possible d’obtenir un prêt auprès d’une banque quand on est chômeur ? Beaucoup en doute, pourtant c’est fort possible.

Où trouver un prêt ?

Pour être plus précis, il n’existe pas à proprement parler de crédit au chômage. L'ANPE ne propose pas de prêt aux personnes sans emploi. Pour en bénéficier, il faut se tourner vers le micro crédit social. Le CAF lui aussi propose un crédit pour les chômeurs et cela sans demander d’intérêt. A part ces deux établissements, les banques solidaires peuvent aussi accorder un prêt aux chômeurs. 

Les conditions pour obtenir un prêt à la banque
 
Les banques classiques comme Reyl and Cie peuvent accorder un crédit à une personne sans emploi sous certaines conditions. Le crédit peut par exemple être accordé contre un gage. L’emprunteur peut mettre en gage ses bijoux, ses meubles ou tout autre objet de valeur. Pour les récupérer, il doit rembourser le prêt avec les intérêts. 
 
A part ce procédé, d’autres banques proposent un crédit aux chômeurs s’ils présentent des allocations chômage ou des allocations familiales. La valeur du prêt sera fonction des possibilités de remboursement de l’emprunteur et les remboursements varient selon la situation financière de chacun. 
 
Pour certaines banques, le crédit peut être accordé si la personne sans emploi a un projet professionnel. Il devra alors se munir d’un dossier expliquant son projet, les clients cibles, la somme nécessaire pour le démarrage du projet, l’étude financière, etc. Le dossier comprendra aussi les renseignements personnels de l’emprunteur.
 
Dernier procédé pour obtenir un prêt serait aussi de recourir au micro crédit. La banque reyl suggère ainsi de s’adresser à un réseau d’accompagnement social comme les Restos du Cœur ou la Croix Rouge. Appuyé par ce type de réseau, le dossier du chômeur inspire plus de confiance aux banques et aura plus de chance d’obtenir un prêt bancaire.
 
Ce qu’il faut retenir dans tout cela c’est qu’il existe des banques qui accordent un prêt aux chômeurs, mais sous certaines conditions.

La banque privée, pourquoi est-elle spécifique ?

La banque privée propose la gestion et l'optimisation sur mesure du patrimoine du client. Un banquier spécialisé est affecté à chaque adhérent.

 

Qu'est-ce qu'une banque privée ?


Ce qui différencie les banques généralistes des banques privées, c'est la taille du patrimoine du client. La banque privée collabore avec les clients qui possèdent un revenu à partir d’un certain seuil. Auparavant, ce service ne concernait que la vente des titres du client. Actuellement le service proposé concerne tous les aspects du portefeuille, dont le mode de vie. Dans la majorité des cas, elle constitue une branche des banques commerciales mais peut aussi être une société à elle seule. Pour profiter des services de private banking, en plus du capital d’investissement, d’autres conditions sont exigées. L'étude de dossier porte sur le montant des avoirs financiers, le patrimoine global et le revenu imposable. Chaque banque privée présente ses propres exigences.

 

Un service haut de gamme complet


Une banque privée soumet un service complet et sur-mesure adapté au patrimoine de ses clients. Ces derniers bénéficient d'une analyse financière de leurs domaines personnels et professionnels. Afin de faire évoluer la valeur de leurs biens, la banque privée s'occupe également de proposer et mettre en place des projets stratégique. Elle tient son client au courant de tous les mouvements financiers du marché afin que sa fortune puisse évoluer ou ne pas être atteinte par ces fluctuations. En plus du management des biens du client, la banque privée propose des services financiers. Elle conseille sur les investissements qui peuvent être fructueux en termes de devises, objets d'art, biens immobiliers ou de titres. Enfin, les services bancaires simples tels que les assurances-vie ou les allocations sont compris dans le contrat.

 

Un banquier privé dédié


Le private banking dédie un banquier privé à chaque client. Celui-ci est leur principal interlocuteur et est souvent en relation avec le client pour l'évaluation de sa situation. C'est au client de décider du degré d'implication de ce dernier dans la direction de son patrimoine. Cependant, dans la majorité des cas, le banquier privé a la main sur toute la fortune de l’investisseur. Il étudie le cas de chacun et le conseil pour qu'il puisse développer son patrimoine. Il met ensuite à leur disposition diverses informations ou stratégies sur les investissements et les meilleurs moyens de gestion. Pour accroitre au mieux les biens de chaque client, le banquier privé est entouré d’experts tels que des analystes patrimoniaux, des spécialistes crédits, des juristes-fiscalistes ou des gestionnaires de portefeuilles. Pour être plus efficace, il collabore aussi avec les avocats ou les notaires de ses clients afin de leur transmettre les informations importantes et utiles. Il envoie fréquemment un reporting à son client pour qu'il puisse l'alerter et le conseiller rapidement. En plus des capacités d'un conseiller bancaire, il peut également répondre aux problèmes fiscaux et maîtrise le droit civil.

Confier la gestion de son portefeuille à sa banque : quels sont les bénéfices

Faire gérer son portefeuille par sa banque est une option de gestion que beaucoup d'investisseurs choisissent pour faire valoriser leurs actifs.
Le client qui possède un portefeuille significatif voudra assurément le conserver et le faire fructifier. Pour cela s'attacher des services d'un expert peut s'avérer indispensable.

Qu'est ce que la gestion de portefeuille ?

La gestion de portefeuille consiste à confier la gestion complète ou partielle de ses actifs financiers à sa banque ou dans certains cas à une société d'investissement. Le professionnel agréé pourra gérer les titres pour des achats, des ventes ou des échanges selon les termes convenus dans le mandat de gestion. Ce mandat de gestion donne le droit au gestionnaire de prendre des décisions au nom de son client quant aux investissements qu'il pense opportuns. Cela se fait évidemment dans le respect total des contraintes réglementées et contractuelles. Chaque placement sera fait suite à une stratégie déterminée en fonctions des objectifs du client. Le gestionnaire veillera à optimiser la valorisation de ses actifs et à en tirer le meilleur rendement possible.
Les placements sous ses conseils seront diversifiés selon les secteurs, les catégories d’actif et les pays. Ils sont ensuite ajustés sur la longueur selon le rendement des marchés.

Pourquoi faire confiance à un professionnel pour gérer son portefeuille ?

Beaucoup de clients de banques choisissent de se décharger de la gestion de leur portefeuille au quotidien parce ce que ces derniers ont les outils et techniques nécessaires pour faire des placements financiers judicieux. Le monde bancaire peut être en effet très complexe pour les non-initiés.
Le gestionnaire de portefeuille est un professionnel qui a obligatoirement l'agrément des autorités régissant le secteur. Il est de ce fait guider par les réglementations en vigueur. Il a en charge d'écouter le client et d'essayer de déterminer son niveau d'expérience en matière d'investissement. C'est ensemble que les objectifs et le style de gestion seront définis. Les types de croissance recherchés sont évoqués ainsi que les risques d'investissement. 

Avant de prendre des décisions d'achat ou de vente, il s'informera sur la vie des sociétés ou l'évolution de la bourse par exemple. Il pourra aussi prendre des renseignements directement auprès des analystes financiers. Il fera des recherches continuellement s'appuiera, sur les chiffres et les analyses pour faire des placements judicieux. 
Dans le cadre de la gestion du portefeuille complet ou gestion des actifs financiers particuliers, les produits autorisés sont des valeurs négociées sur un marché réglementé.
Le gestionnaire informera sur une base régulière son client des différentes opérations qu'il a effectué en son nom.

Quelles sont les garanties pour le client qui fait gérer son portefeuille ?

Déléguer la gestion complète de son portefeuille peut se faire avec un peu d'appréhension. C'est pourquoi la banque met en place en processus d'analyse et d'écoute attentive des besoins du client. Les clients peuvent également choisir de rester investis. Dans tous les cas le gestionnaire est lié par les dispositions du mandat et ne peut en aucun sortir de ce cadre en orientant la gestion du portefeuille dans une direction non-approuvé par le client. Il a une obligation de conseil et d'expertise auprès de son client. Le client peut résilier le mandat de gestion en cas de non satisfaction ou saisir la justice en cas de manquement grave.

La banque privée : un service sur mesure pour clients fortunés.

De nos jours, beaucoup de secteurs d'activité se sont mis à la gestion privée de comptes clients. Parmi ces secteurs, on retrouve les assurances, les conseils en gestion de patrimoine, les notaires et maintenant les banques. 

Chaque secteur d'activité possède son système de gestion privée, avec ses propres codes et ses propres standards. Attardons nous aux critères définis par le système bancaire. 


La gestion privée dans le milieu bancaire, qu'est-ce que c'est ?

La gestion privée d'un compte bancaire nécessite un vaste spectre de compétences spécifiques parmi : 

- la finance,
- l'économie, 
- le droit : civil, fiscal, social.


Ce qui différentie la gestion privée d'une gestion collective, c'est également l'aspect personnalisé de l'action. En gestion privée, la banque va établir un plan de gestion en fonction de vos actifs financiers ainsi que de vos projets et objectifs, qui permettra à votre banque d'établir sa stratégie d'investissement. Votre situation familiale, professionnelle et également vos engagements dans des sociétés ou des crédits seront analysés pour établir votre profil de risque. 

La gestion privée, un suivi d'équipe de spécialiste pour votre patrimoine financier 

Comme on l'a expliqué précedemment, la gestion privée dans le domaine bancaire nécessite un panel de compétence diverses. Pour y parvenir, la banque met à votre disposition les personnes qui possèdent ce type de compétence pour pouvoir établir un diagnostic exact et vous guider de la manière la plus sûre dans votre stratégie. Ceci permet une meilleure gestion de votre patrimoine et de vos actifs financiers.


La gestion privée : pour qui ?

Pour pouvoir bénéficier de la gestion personnalisé de vos actifs, il va vous falloir un certain encours. En effet, la plupart des établissements bancaires fixent des tickets d'entrée d'un montant plus ou moins important en fonction des agences. Les banques ne recherchent pas forcément un client dont la fortune a été établie grâce à l'accumulation de patrimoine issu d'héritages. C'était le cas dans le passé, mais l'époque est révolue. Elles s'intéressent également aux personnes dont la fortune est plutôt récente. Ainsi, les familles ciblés peuvent être des clients dont la fortune est issue de entrepreneuriat par exemple. Aujourd'hui, il s'agit même de la catégorie socio-professionnelle la plus représenté dans la gestion privée de patrimoine. La moyenne d'âge de ces personnes, bien souvent des dirigeants d'entreprise, est estimée entre entre 45 et 65 ans. On y retrouve également des personnes ayant exercé une profession libérale. 

Le ticket d'entrée oscille en fonction des banques entre quelques centaines de milliers d'euros à plusieurs millions d'euros.

Qui sont les banques privées ?

Les banques privées sont bien souvent des filiales des grandes banques traditionnelles. Ces dernières sont d'ailleurs un excellent vivier de recrutement pour clients fortunés. Les services offert dans le cadre de la banque privée sont beaucoup plus fournis que dans la banque traditionnelle, et beaucoup plus orienté vers la gestion de patrimoine et la gestion d'actifs sur marchés financiers. Car en plus d'un service personnalisé, les banques privées proposent d'autres services comme l'assistance d'un avocat fiscaliste pour des questions fiscales ou de droit des successions, des propositions de souscriptions pour les nouvelles introductions boursières ou l'accès à certains fonds type hedge funds, private equity, etc. 

Confier la gestion de son portefeuille à une banque privée

Gérer seul un portefeuille n’est pas chose aisée, principalement lorsque les titres sont nombreux et que le temps manque pour faire fructifier ce capital. Confier la gestion d’un portefeuille à une banque privée est le meilleur moyen d’optimiser les achats et les ventes de titres. Présentation des avantages fournis par ce mode de fonctionnement. 

Le fonctionnement de la gestion de portefeuille

La gestion de portefeuille consiste à confier à un professionnel l’optimisation des actifs, en procédant à un mandat de gestion auprès d’une banque privée. Ce sera ensuite à l’un des gestionnaires de cet organisme de prendre en main l’ensemble des opérations concernant les titres. Une fois définis les objectifs du mandat de gestion, il est le seul à avoir la responsabilité des achats et des ventes à partir des fonds. La gestion de portefeuille est née il y a plus d’un siècle au sein des filiales des grandes banques suisses, dont les private banker se sont fait une spécialité d’assurer l’optimisation des grandes fortunes, à la fois pour des particuliers et des organismes privés ou étatiques. La législation suisse, particulièrement ouverte et libérale, offre le meilleur cadre à cette activité, garantissant une sécurité totale et le secret bancaire. La gestion de portefeuille peut être confiée à une société indépendante en faisant son activité principale, ou bien à un prestataire de services affilié à un groupe privé tel qu’une banque, une compagnie d’assurance ou une entreprise d’investissement. La loi interdit formellement la gestion de portefeuille aux particuliers. La gestion de portefeuille, qui comprend uniquement les titres, se différencie de la gestion de patrimoine qui englobe l’ensemble des liquidités, des avoirs en œuvres ou en bijoux et des biens immobiliers. La gestion de portefeuille implique la pleine confiance dans la banque privée choisie et l’établissement de concert d’une stratégie raisonnée d’épargne et d’investissement.

Le choix de la bonne stratégie de gestion

Au sein d’une banque privée, la gestion de portefeuille permet à un mandataire privé d’investir les actifs du client pour accroître sur le long terme la valeur de son patrimoine financier. Ce mode de gestion a le grand avantage de pouvoir s’organiser via plusieurs horizons de placement, et de bénéficier en Suisse d’un terreau favorable grâce au cadre législatif. Il est nécessaire que le gestionnaire de portefeuille choisi possède une grande expérience dans le domaine pour faire les bons choix dans l’administration des titres. Le premier élément à prendre en considération est la diversification des placements, à envisager selon les secteurs d’activités, les pays et les catégories d’actifs. Ceux-ci devront être équilibrés dans le temps afin d’anticiper les risques éventuels liés aux évolutions les plus imprévues des marchés. La méthode de gestion doit être d’une extrême rigueur, pour assurer des bénéfices tout en réduisant au maximum la volatilité des titres figurant dans le portefeuille. Pour cela, le gestionnaire privé définira avec le client un énoncé de politique de placement, véritable feuille de route établissant les axes de la gestion du portefeuille. Cette ligne directrice comprendra les catégories d’actifs à acheter, leur dosage, les titres à vendre en priorité et la marge de manœuvre laissée au gestionnaire dans le choix des investissements.